Loading …

Eliquide : combien de temps se conserve un eliquide ?

Vous avez nouvellement rejoint la communauté des vapoteurs et découvrez avec délice les multiples saveurs dont vous pouvez bénéficier grâce à votre cigarette électronique. Des saveurs diverses et variées pour tous les goûts et toutes les envies. Alors, vous faites vos réserves en achetant encore et encore plus d’e-liquides.

Il arrive néanmoins qu’une des recharges liquides soit mise de côté puis oubliée avec le temps. Lorsqu’elle est enfin retrouvée, la date de consommation limite est, dans la majorité des cas, déjà dépassée. Pour savoir si elle peut encore être consommée, de nombreux facteurs doivent être pris en compte. Dans cet article, nous vous disons tout sur le temps de conservation d’un e-liquide.

DLU DLUO DDM et DLC que signifient ces termes

DLU, DLUO, DDM et DLC : que signifient ces termes ?

Que vous soyez néophyte en vapotage ou que vous vous y soyez mis depuis un bon moment déjà, ces lettres vous sont probablement familières. Toutefois, il n’est pas toujours aisé d’en connaître la signification. Voici ce que disent les étiquettes.

  • Date Limite d’Utilisation (DLU)

Inscrite sur le flacon, cette date renseigne l’utilisateur de cigarette électronique sur la durée limite à laquelle l’e-liquide doit être utilisé pour une meilleure sensation.

  • Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO)

Présente sur les flacons d’e-liquide, cette date n’a sur le plan sanitaire, aucune réelle importance. Elle renseigne le vapoteur sur la durée nécessaire pour que les spécificités gustatives et/ou nutritives du liquide soient perdues. C’est-à-dire qu’elle indique le délai au bout duquel il y a détérioration éventuelle du taux de nicotine et du goût. Tout de même, le produit peut être vapé sans représenter un risque pour la santé.

  • Date de Durabilité Minimale (DDM)

Petit à petit, la DDM a fini par remplacer la DLUO. Le but de ce remplacement est de parvenir à une réduction significative du gaspillage alimentaire et d’empêcher qu’une confusion ne soit faite par l’utilisateur entre DLUO et DLC.

  • Date Limite de Consommation (DLC)

En France, cette date figure inévitablement sur les recharges liquides. Le délai est en général d’une année à compter du jour où le liquide est mis en flacon. Il s’agit en réalité du temps nécessaire au produit pour devenir un danger pour le consommateur sur le plan sanitaire.

Les ingrédients et leur durée de vieLes ingrédients et leur durée de vie

Le conditionnement ne faisant pas tout, la durée de vie d’une recharge liquide est en premier lieu, intimement liée à sa composition. Ainsi, le temps de vie peut connaître une certaine variation en fonction des ingrédients qui constituent l’e-liquide.

Sachez que les principaux composants sont :

  • les arômes dont la durée de vie est comprise entre 12 et 18 mois ;
  • la nicotine qui elle peut durer jusqu’à cinq années
  • le Propylène Glycol (PG) et la Glycérine végétale (GV) qui ont un temps de vie sensiblement égal à deux ans.

À cause de sa durée de vie moins longue, l’arôme est le composant sur lequel on se base pour établir la DLC du produit. Cela signifie en fait qu’il n’y a pas péremption, mais plutôt que l’arôme n’est plus à sa qualité optimum. Et donc, ce délai excédé, il est possible qu’il perde en goût, en hit et en puissance.

Lorsque les conditions idéales de préservation sont réunies, le-liquide peut être conservé une année après la date recommandée. Et, même une fois ouverte, sa conservation peut aller jusqu’à six mois.

Comment étendre le plus longtemps possible la conservation d’un e-liquide ?

Comme c’est le cas de nombreux produits, certains éléments ont une influence sur le temps de conservation.

  • La lumière

Il est surtout question des rayons ultraviolets que contient la lumière solaire. On connaît leur effet décolorant sur le papier peint et la peinture. C’est d’ailleurs semblable à celui produit sur les recharges liquides. Les UV détériorent l’arôme, mais ce processus est bien plus rapide sur la nicotine. La teinte brune prise par un e-liquide contenant de la nicotine en est la preuve formelle.

Comment étendre le plus longtemps possible la conservation d’un e-liquide

Cependant, cette couleur ambrée typique ne veut pas dire que le liquide ne peut plus être consommé. Elle n’est donc pas nocive, car seul l’effet de la nicotine est amoindri.

  • La température (chaleur)

Une exposition à la chaleur accélère la maturation des liquides pour e-cigarette. Les réactions chimiques sont alors accélérées entraînant la péremption du produit. Plus le degré et la fréquence d’exposition à la chaleur sont importants, plus vite le liquide atteint sa limite de validité. Évitez en toutes circonstances d’excéder les 40 °C.

  • L’air

Le simple fait que la DLUO existe prouve bien plus explicitement, combien l’air peut influencer négativement la durée de vie d’un e-liquide. L’air étant à 20 % composé d’oxygène, il est de fait, oxydant à 20 %. Cette oxydation est pour beaucoup, responsable de l’altération des molécules de l’e-liquide. En particulier sur les molécules de l’arôme, conduisant alors à :

  • l’atténuation (baisse d’intensité)
  • la disparition pure et simple
  • l’altération qui n’est jamais très avantageuse.

La nicotine quant à elle, est par oxydation, transformée en cotonnine. Cette dernière ne sert à rien puisqu’elle ne présente pas les mêmes effets que la nicotine. Rassurez-vous, elle n’est toutefois pas toxique. L’oxydation des deux composants de base (le propylène glycol et la glycérine végétale) ne donne dans les deux cas, rien de bon à la consommation.

Quelques conseils

Quelques conseils eliquide

En ce qui concerne la température, il est recommandé de conserver les liquides à plus ou moins 18 °C. Durant la période estivale, il n’est pas rare que certains consommateurs choisissent le réfrigérateur pour conserver leur liquide à vaper. Ce n’est pas une mauvaise idée, mais laissez-le (pas ouvert) à température ambiante quelques heures afin d’empêcher les soucis liés à la vaporisation.

Pour une conservation sur le court terme

Aucune exigence n’est spécifiquement requise quand on désire garder son e-liquide quelques jours ou même quelques semaines. Il faut juste faire attention aux éléments qui pourraient engendrer sa détérioration à savoir :

  • l’exposition au soleil
  • la proximité du radiateur en période hivernale
  • les grandes chaleurs estivales.

Prenez également soin après chaque usage de bien refermer le flacon.

  • Pour une conservation sur le long terme

Il faudra faire preuve de rigueur afin de conserver votre liquide sur plusieurs mois. Laissez le moins de vide possible entre le couvercle du flacon et le liquide à vaper pour y avoir le moins d’air possible. L’oxydation sera alors retardée puisqu’il y aura moins d’oxygène.

Répartissez les grosses bouteilles dans plusieurs petits flacons dont la contenance est d’environ 10 % de la contenance de la bouteille initiale. Vous pourrez de cette manière, finir chaque flacon avant que son contenu ne s’oxyde.

Avant de consommer, secouez l’e-liquide pour que l’arôme resté au fond se mélange bien à l’ensemble. Tenez aussi ces produits loin des animaux et des enfants.

Et voilà ! Vous avez désormais une idée du temps de conservation de l’e-liquide de votre cigarette électronique. Retenez également que vous pouvez, par des méthodes susmentionnées, bien conserver votre e-liquide afin de ne pas l’altérer. Ce faisant, vous profiterez d’une bonne expérience de vapotage.